Huile essentielle et huile végétale : quelles sont les différences ?

Les huiles essentielles et les huiles végétales sont souvent mises dans le même lot. Pour ceux qui débutent en aromathérapie et en cosmétique naturelle, il n’est pas toujours facile de comprendre la différence entre les deux. Et pourtant ... elles n’ont rien à voir ! Elles s’utilisent de manière complètement différente, c’est pourquoi il est primordial de bien comprendre de quoi il s’agit.

Une huile végétale : c’est quoi ?

Nous allons commencer par les huiles végétales, car même si vous êtes arrivés sur ce blog complètement par hasard (d’ailleurs, bienvenue !), vous les connaissez forcément déjà.

Les huiles végétales sont des corps gras d’origine végétale, extraits à partir d’une graine ou d’une fruit. Des graines de tournesol ou de colza, on extrait de l’huile de tournesol ou de colza. Des fruits de l’olivier (olive) ou de l’avocatier (avocat), on extrait l’huile d’olive ou l’huile d’avocat. Vous voyez, je vous avais dit que vous les connaissiez !

Une huile végétale est donc une huile au sens où on l’entend communément. Si j’ai cité plus haut des huiles comestibles qu’on utilise principalement dans l’alimentation, il existe de nombreuses huiles végétales (comestibles ou non) que l’on retrouve plutôt en cosmétique. Je pourrais vous citer l’huile d’argan, une des plus connues, ou encore l’huile de moringa, que nous proposons chez Menaka.

Les huiles végétales sont des corps gras qui peuvent s’appliquer sur la peau pour la nourrir. Plus précisément, elles renforcent le film hydrolipidique qui permet à la peau de retenir l’eau (et donc de rester hydratée). Elles ont donc toute leur place en cosmétique, aussi bien seules que dans des recettes DIY.

Les beurres végétaux sont, tout comme les huiles végétales, des corps gras extraits d’une plante. Une parle d’un beurre végétal lorsque le produit est solide à température ambiante, par exemple le beurre de karité ou le beurre de cacao. Le corps gras issu de la noix coco fond à 25°C, il est donc parfois solide à température ambiante, parfois liquide. C’est pourquoi vous pourrez lire « huile de coco » ou « beurre de coco » pour désigner le même produit.

Une huile essentielle : c’est quoi ?

Ici, nous allons rentrer dans des considérations botaniques un peu plus complexes. Les plantes aromatiques, aussi appelées plantes à parfum ou plantes à essence, contiennent une essence qui leur est propre. Cette essence est une substance composée de molécules odorantes volatiles. Ces molécules voyagent de la plante jusqu’à nos nasaux, c’est comme ça que nous pouvons sentir leur odeur.

Parmi les plantes aromatiques bien connues, on pourrait citer les herbes aromatiques (menthe, estragon, coriandre), certaines fleurs au parfum emblématique (rose, jasmin) ou encore les agrumes (citron, orange, combava). Il existe de nombreuses autres plantes aromatiques moins connues du grand public, que l’on utilise presque exclusivement pour leurs propriétés médicinales : le ravintsara ou le katrafay, pour vous donner quelques exemples malgaches.

Il y a plusieurs moyens d’extraire l’essence d’une plante aromatique. On peut par exemple faire macérer la plante dans un corps gras (on parle alors de macérât huileux) ou utiliser de l’alcool (absolu). Une troisième manière consiste à distiller la plante à la vapeur d’eau. L’extrait obtenu est appelé ... huile essentielle ! Voilà, on y arrive 😅

Les usages les plus connus des huiles essentielles concernent la santé (usage médicinal) et la cosmétique. En réalité, les huiles essentielles peuvent s’utiliser de manière aussi large que les plantes aromatiques elles-mêmes : en cuisine, en nutrition, en parfumerie, etc.

Différences entre huiles essentielles et végétales

#1 Les huiles essentielles ne sont pas des huiles

Je sais, c’est contre-intuitif, pourtant c’est très important de le comprendre : les huiles essentielles ne sont pas des huiles. Contrairement à ce que vous pourrez parfois lire sur le web, les huiles essentielles ne contiennent pas de corps gras (lipides). Leur appellation « huile essentielle » est donc inappropriée.

Ce terme historique s’explique probablement par le fait que les huiles essentielles sont miscible (se mélangent) dans l’huile et pas dans l’eau. Les scientifiques les ont donc rangées dans la catégorie des huiles, à une époque où nous n’avions pas les moyens d’analyse dont nous disposons aujourd’hui. Allez en parler à l’Académie Française ...

Comme expliqué plus haut, les huiles végétales sont, elles, des corps gras : ce sont donc ces huiles au sens commun du terme.

#2 Les huiles essentielles sont concentrées en principes actifs

Si les huiles essentielles ne sont pas des huiles, alors que sont-elles ? Ce sont des substances composées d’une multitude de molécules de familles biochimiques différentes : des esters, des alcools, des terpènes, ... Bref, je m’arrête là pour les termes techniques.

Pour désigner ces molécules, on parle fréquemment de « principes actifs ». Les huiles essentielles sont composées à 100% de principes actifs, c’est pourquoi on dit qu’elles sont « concentrées ». Grâce à cette concentration, leur odeur et leurs propriétés cosmétiques et médicinales sont puissantes. Pour éviter le surdosage, on en met généralement quelques gouttes d'huiles essentielles seulement dans une préparation cosmétique.

Nb : Pour doser vos huiles essentielles dans des préparations cosmétiques, veuullez vous référer à des ouvrages de références en aromathérapie.

Les huiles végétales sont composées en majeure partie de lipides (gras). Néanmoins, elles contiennent une petite proportion de principes actifs. Pour désigner principes actifs des huiles végétales, on parle souvent d’ « insaponifiables ». Lorsqu’on fabrique du savon, seuls les corps gras réagissent avec la soude. Les principes actifs, eux, ne réagissent pas : voilà pourquoi on les qualifie d’insaponifiables.

Les lipides ne sont pas actifs sur la peau : ils créent un film à sa surfacent mais pas de réaction à l’intérieur du corps. Comme les huiles végétales contiennent principalement des lipides et très peu de principes actifs, le risque de surdosage est faible : on peut les doser beaucoup plus largement dans une préparation cosmétique. Attention tout de même aux huiles végétales utilisées. L’huile de calophylle (ou tamanu), par exemple, est beaucoup plus concentrée en principes actifs que la moyenne des huiles végétales.

#3 Les huiles essentielles sont odorantes

A cause de leur concentration en principes actifs (= molécules odorantes), les huiles essentielles ont des odeurs puissantes. Cette odeur correspond, à peu de choses près, à l’odeur de la plante dans la nature. L’huile essentielle de lavande a une odeur typique de lavande et l’huile essentielle de néroli a l’odeur bien connue de la fleur d’oranger.

Les huiles végétales ont des odeurs beaucoup plus légères. Les huiles raffinées (l’huile de tournesol du supermarché par exemple) sont complètement neutres et ne sentent presque rien. Les huiles végétales vierges, de qualité, ont en générale une odeur un peu plus prononcée, qui évoque parfois la noisette. Certaines huiles végétales (neem, par exemple) ou des odeurs beaucoup plus fortes que d’autres (moringa).

L'odeur des huiles essentielles joue un rôle clé dans leur usage. Elles ont un intérêt thérapeutique, grâce à leur action sur nos émotions (olfactothérapie). C’est également pour leurs propriétés odorantes qu’on les retrouve en parfumerie. L’odeur des huiles végétales est vue plutôt comme une contrainte. Les industriels ont tendance à les transformer lourdement afin d’obtenir des huiles neutres, sans odeur. Mais n’hésitez pas à vous faire plaisir avec l’odeur des huiles végétales si elles vous sont agréables !

#4 Les huiles essentielles sont plus chères (au ml)

Le prix d’un flacon, rapporté à sa quantité, est beaucoup plus cher pour une huile essentielle que pour une huile végétale. Chez Menaka, elles sont environ 10 fois plus cher : les tarifs de nos flacons sont comparables, mais nous proposons des formats 10 ml pour les huiles essentielles et 100 ml pour les huiles végétales.

La différence de prix s’explique principalement par le rendement. Le rendement d’une plante en huile essentielles varie de 5% à moins de 1%, c’est-à-dire qu’il faudra plus de 100 g de plante pour obtenir 5 g (environ 5 ml) d’huile essentielle. Les rendements des huiles végétales sont très variable mais se situent plutôt autour de 50%.

Bien entendu, les tarifs dépendent de bien d’autre chose, comme la qualité, le pays de production, le niveau de rémunération des producteurs, la marge de la marque, ...

Points communs entre huiles essentielles et végétales

Vous l’avez maintenant compris : ces deux produits sont très différents. Alors, pourquoi entend-on toujours mentionner les huiles végétales quand on nous parle d’huiles essentielles ?

Chez Menaka, nous rangeons les huiles essentielles et végétales dans la catégorie des « produits bruts d’origine végétale ». On y trouve aussi les poudres de plantes, les jus, les infusions, les farines ... Dans tous les cas, il s’agit de produit extrait à partir de plantes, d’une manière artisanale (sans transformation chimique), afin de préserver toutes les propriétés de la plante pour la santé ou pour la peau.

De plus, ces deux produits s’entendent bien : les huiles végétales sont un support idéal pour diluer les huiles essentielles. Elles sont toutes les deux des propriétés pour la peau, c’est pourquoi ont les retrouve souvent ensemble en cosmétique naturelle.

Un dernier point commun de taille : il s’agit de deux catégories de produits que vous pouvez vous fournir chez Menaka 🤗. N’hésitez pas à faire un tour sur notre boutique pour les découvrir.